L'île aux joyaux : exposition d'art du Sri Lanka, LACMA [2]

L'île aux joyaux : exposition d'art du Sri Lanka, LACMA [2]


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Le musée d'art du comté de Los Angeles organise l'exposition "The Jeweled Isle: Art of Sri Lanka"

La première étude complète de l'art sri lankais organisée par un musée américain, The Jeweled Isle : Art from Sri Lanka présente quelque 250 œuvres abordant près de deux millénaires d'histoire sri lankaise. L'image d'une île ornée de bijoux, invoquée pour la première fois dans les récits gréco-romains des pierres précieuses du Sri Lanka, a inspiré de nombreuses descriptions littéraires de la richesse et de la beauté tropicale de l'île. L'île aux joyaux comprend des objets décoratifs précieux fabriqués à partir d'or, d'argent et d'ivoire, ainsi que des photographies du XIXe siècle documentant les monuments, les paysages et la flore extraordinaires du Sri Lanka. Plusieurs œuvres d'art traduisent l'importance des sites sacrés et des reliques dans la pratique bouddhiste sri lankaise, tandis que de rares images de dieux hindous témoignent de l'interaction longue et constante entre le Sri Lanka et l'Inde du Sud. Les ivoires, textiles et meubles exquis reflètent en outre près de quatre siècles de présence coloniale européenne au Sri Lanka et l'interaction dynamique entre les traditions visuelles locales et étrangères. Présentant la collection d'art sri lankais rarement exposée du LACMA, l'une des plus belles et des plus vastes des États-Unis, l'exposition présente une exploration et une célébration opportunes d'un centre d'Asie du Sud géographiquement complexe, ethniquement diversifié et multiculturel.

Commissaires : Robert L. Brown, Art d'Asie du Sud et du Sud-Est, LACMA Tushara Bindu Gude, Art d'Asie du Sud et du Sud-Est, LACMA

Crédit : Cette exposition a été organisée par le Los Angeles County Museum of Art.

Toutes les expositions au LACMA sont souscrites par le LACMA Exhibition Fund. Un soutien annuel majeur est fourni par Kitzia et Richard Goodman et Meredith et David Kaplan, avec un financement annuel généreux de Jerry et Kathleen Grundhofer, la Judy and Bernard Briskin Family Foundation, Louise et Brad Edgerton, Edgerton Foundation, Emily et Teddy Greenspan, Marilyn B. et Calvin B. Gross, David Lloyd et Kimberly Steward, David Schwartz Foundation, Inc., et Lenore et Richard Wayne.


LACMA présente « L'île aux joyaux : l'art du Sri Lanka »

LACMA présente « L'île aux joyaux : l'art du Sri Lanka » Le Los Angeles County Museum of Art (LACMA) présente « The Jeweled Isle: Art from Sri Lanka », la première enquête complète sur l'art sri lankais organisée par un musée américain. 9 décembre 2018 – 23 juin 2019.]]>

Source : Musée d'art du comté de Los Angeles (LACMA)

Tirée en partie de la collection d'art sri-lankais du LACMA, et comprenant de nombreux prêts nationaux et internationaux, l'exposition présente quelque 250 œuvres abordant près de deux millénaires d'histoire du Sri Lanka. En 2009, le Sri Lanka a émergé d'une guerre civile de près de 30 ans menée selon des divisions ethniques et religieuses. L'île aux joyaux présente une exploration et une célébration opportunes d'un centre d'Asie du Sud géographiquement complexe, ethniquement diversifié et multiculturel.

L'image d'une île ornée de bijoux, invoquée dans les anciens textes sanskrits et dans les récits gréco-romains des pierres précieuses du Sri Lanka, a inspiré de nombreuses descriptions littéraires de la richesse et de la beauté tropicale luxuriante de l'île. La notion de « bijoux » est apparente tout au long de l'exposition, qui comprend des objets décoratifs précieux fabriqués à partir d'or, d'argent et d'ivoire, et des photographies du XIXe siècle documentant les monuments, les habitants, les paysages et la flore extraordinaires du Sri Lanka.

De nombreuses photographies traduisent l'importance des sites sacrés et des reliques dans la pratique bouddhiste sri-lankaise, qui sont explorées à travers la présentation de l'exposition de l'art associé à trois des capitales historiques du Sri Lanka : Anuradhapura, Polonnaruva et Kandy. Alors que de nombreuses sculptures religieuses, peintures et fragments architecturaux de ces sites expriment différemment les soi-disant « joyaux » du bouddhisme, l'hindouisme était également une partie importante du tissu culturel et religieux de l'île. L'exposition comprend des images rares de dieux hindous et de divinités indiennes qui témoignent de l'interaction longue et constante, en particulier, entre le Sri Lanka et l'Inde du Sud. Les ivoires, textiles et meubles exquis reflètent en outre près de quatre siècles de présence coloniale européenne au Sri Lanka et l'interaction dynamique entre les formes et traditions visuelles locales et étrangères.

Contenu associé

‘A Universal History of Infamy’ – LACMA (exposition, 2018)


CHINA'S 8 BROKENS: PUZZLES DU PASSÉ TRÉSORÉ MUSEE DES BEAUX-ARTS DE BOSTON

Bien que cette exposition soit fermée maintenant, je voulais attirer votre attention sur ce point car elle mettait en évidence un nouveau style de peinture qui a émergé en Chine à la fin du 19e, puis au 20e siècle. Je ne connaissais pas ce type de peinture.

LES HUIT CASSÉS DE BAPO CHINA était une exposition au Museum of Fine Art de Boston.

Je cite librement un article d'Eliza Sullivan 15/06/2017.

Les peintures ont été créées en peignant des représentations de fragments de différents objets, souvent des images et de la calligraphie, imitant des collages. Le Dr Nancy Berliner, conservatrice Wu Tung de l'art chinois (elle a apporté la maison Yin Yu Tang, déplacée de Chine et reconstruite au Peabody Essex Museum de Salem, Massachusetts) a découvert pour la première fois le bapo dans un marché aux puces en Chine alors qu'elle était étudiante. C'était un style relativement inconnu, délaissé par les musées car ce n'était pas une peinture avec des paysages et des personnages. Bapo se traduit par « huit brisés », se concentrant sur les trésors du passé. Huit est un chiffre porte-bonheur qui transmet des vœux de bonne fortune.

Suivez le lien pour en savoir plus sur ce style.


ALLIANCE INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE DANS LES ZONES DE CONFLITS

protéger contre la guerre et le terrorisme, pour éviter le type de destruction que nous avons vu à Palmyre, en Syrie, avec le Bouddha de Bamyan en Afghanistan et la grande bibliothèque de Tombouctou, au Mali. Dix pays ont formé ce groupe pour promouvoir un dialogue face au terrorisme et au fanatisme. En attendant d'en savoir plus sur ces efforts…..

MARBRE AMARAVATI AU BRITISH MUSEUM

Veuillez lire cet article d'India Today sur une grande exposition de pièces sculpturales bouddhistes très anciennes d'Am(a)ravati présentée au British Museum. Bien que ces pièces aient été fouillées en Inde il y a plus de 140 ans, aient fait l'objet d'une préservation et d'une restauration rigoureuses et aient été vues par des millions de visiteurs, tous les Indiens ne sont pas satisfaits de l'une des plus grandes collections bouddhistes indiennes dans un musée britannique.
Les pièces Amaravati datent du IIe siècle av. J.-C. au IIIe centre de notre ère. La collection du British Museum est souvent appelée marbres d'Amaravati.


Explorer

Vue des ordres exécutifs

Le président des États-Unis gère les opérations de la branche exécutive du gouvernement par le biais de décrets.

Vue des proclamations

Le président des États-Unis communique des informations sur les jours fériés, les commémorations, les célébrations spéciales, le commerce et la politique par le biais de proclamations.

Vue Autres documents présidentiels

Le président des États-Unis publie d'autres types de documents, y compris, mais sans s'y limiter, des mémorandums, des avis, des décisions, des lettres, des messages et des ordonnances.


« Crossing Place », une exploration unique de l'art contemporain du Sri Lanka

À une époque où l'art contemporain d'Asie du Sud-Est bénéficie d'une attention mondiale croissante, Baik Art présente &lsquoCrossing Place&rsquo, une exploration unique de l'art contemporain du Sri Lanka.

L'exposition, montée en collaboration avec la galerie Saskia Fernando à Colombo, met en lumière les œuvres d'artistes sri lankais renommés Jagath Weerasinghe, Saskia Pintelon, Gayan Prageeth, Pakkiyarajah Pushpakanthan, Chandraguptha Thenuwara et Priyantha Udagedara.

L'exposition se concentre sur les récits et les approches créatives distincts de ces artistes alors qu'ils s'efforcent d'absorber les troubles sociaux et politiques causés par la guerre civile sri-lankaise de 1983-2009. Cette exposition sera présentée du 20 avril au 1er juin.

Au cours de cette exposition, une conférence entre Jagath Weerasinghe et le conservateur Tushara Bindu Gude intitulée &lsquoContemporary Art from Sri Lanka&rsquo a eu lieu au Los Angeles County Museum of Art le 3 mai. Cette conférence a amplifié et réfléchi sur les œuvres historiques de l'exposition LACMA&rsquo &lsquoThe Jeweled Isle: Art from Sri Lanka&rsquo&rsquo et sur l'histoire politique et culturelle complexe de l'île.

Jagath Weerasinghe est l'un des artistes les plus importants travaillant au Sri Lanka aujourd'hui. Ses peintures néo-romantiques expressives reflètent l'histoire douloureuse de l'île et expriment les horreurs de la violence politique, des déplacements et du génocide national.

Saskia Pintelon, née en Belgique, est une peintre figurative qui se penche périodiquement sur l'abstraction et le travail basé sur le texte. Ses collages jouent sur les idées du monstrueux et du surréaliste, utilisant le montage pour explorer l'âge, la beauté, le genre, l'amour, l'isolement, la solitude et l'équilibre entre le public et le privé. Les œuvres abstraites de Chandraguptha Thenuwara traitent de la violence politique et de la corruption, représentant les dysfonctionnements de la société sous forme de lignes déchiquetées et pixélisées ou de « ldquoglitchs » sur la toile. Il est l'inventeur du Barrelism, une forme d'art qui s'est approprié les portes, les barils, les barrages routiers et les murs omniprésents qui avaient été peints en camouflage par les établissements militaires.

Les peintures de Priyantha Udagedara, l'un des jeunes artistes les plus excitants du Sri Lanka, contrastent la beauté naturelle inspirée des environnements locaux avec de subtiles représentations allégoriques du grotesque, une dualité qui imprègne l'expression créative dans l'art sri-lankais contemporain.

L'ambiance du travail de Pakkiyarajah Pushpakanthan&rsquos est tout aussi brute et troublante, s'inspirant de ses expériences directes de violence et de guerre. En explorant des souvenirs indélébiles de mort, de disparition et de torture, Pakkiyarajah met à nu les réalités douloureuses du passé afin que les gens puissent pleurer, guérir et aller de l'avant. Gayan Prageeth combine une peinture acrylique complexe avec de beaux dessins à l'encre sur du papier de riz et de la toile, illustrant la tourmente de la guerre civile à travers l'installation et le symbolisme géométrique. Ses œuvres énigmatiques reflètent non seulement l'histoire récente du Sri Lanka, mais aussi l'état actuel de nombreux pays à travers le monde.

&lsquoCrossing Place: Contemporary Art from Sri Lanka&rsquo vise à faire la lumière sur la scène artistique naissante du pays alors que ses citoyens se dirigent vers la paix, l'égalité des droits et l'unité civile. Les œuvres de la galerie principale font également allusion à des discours sur l'orientalisme, les formes d'expression de soi, le chagrin et la poursuite de libertés civiles inaliénables.


L'île aux joyaux : exposition d'art du Sri Lanka, LACMA [2] - Histoire

La statue est retournée au Temple de la Dent Sacrée. De facebook.com

Le révérend Kenneth Bell, avec sa fille Fiona, a accompagné le retour d'une importante statue de Bouddha à Sri Dalada Maligwa (Temple de la Dent Sacrée), à ​​Kandy, Sri Lanka, le 17 décembre. Le petit-fils de l'archéologue et explorateur britannique Harry Charles Purvis Bell, mieux connu sous le nom de HCP Bell (1851 et 1937), a rendu la statue au Sri Lanka après qu'elle ait été en possession de la famille pendant un siècle.

"C'est une bien meilleure chose que je fais que jamais auparavant", a déclaré le révérend Bell, citant Charles Dickens de Un conte de deux villes. (Les temps du dimanche)

Harry Charles Purvis Bell v. 1890. De wikipedia.org

La statue de Bouddha, une sculpture en bois de 14 centimètres de haut, a été extraite d'un site archéologique en 1919 par HCP Bell, qui s'est fait connaître en tant que « père de l'archéologie » au Sri Lanka. Bell a été le premier commissaire à l'archéologie du Sri Lanka (alors appelé Ceylan) de 1890 à 1912, et a poursuivi son travail jusqu'à sa retraite, décédé au Sri Lanka en 1937. La robe et l'ornementation de la tête du Bouddha suggèrent que la statue est probablement à ce jour à la période de Kandy (XVe et XIXe siècle).

Pendant son séjour au Sri Lanka, selon la tradition familiale, Bell a reçu la petite sculpture en bois d'un moine au temple de la relique de la dent sacrée. "Ils ont remis cette petite statue, qu'il a ensuite offerte à ma grand-mère en cadeau de fiançailles", a déclaré à la BBC la fille du révérend Kenneth Bell, Fiona.

Après près de 100 ans dans la possession familiale, la famille Bell a décidé qu'il était temps de rendre la sculpture à ses propriétaires historiques. Des membres de la famille se sont rendus au Sri Lanka depuis leur domicile du Hampshire, en Angleterre, en décembre pour participer à une cérémonie marquant son retour.

"Nous pensons qu'il est temps que le petit Bouddha rentre à la maison", a déclaré le révérend Bell, qui aura 90 ans le 8 avril. Dire qu'il sentait qu'il ne pourrait peut-être pas beaucoup voyager par la suite, le révérend Bell a ajouté : &ldquoC'est un acte de paix et d'unité entre nos religions du bouddhisme et du christianisme, prêché par deux grands hommes&mdashBouddha et Christ.&rdquo (Les temps du dimanche)

Lors de la cérémonie à Kandy, le révérend Bell a transmis un message aux personnes présentes avant que des moines bouddhistes ne l'accompagnent, ainsi que la statue, vers l'endroit où elle serait exposée. Décrivant l'événement, il dit : «Nous sommes entrés dans le lieu très saint et le petit Bouddha m'a été enlevé et déposé, de manière à le bénir, en revenant. . . Je pense que c'est juste l'exhaustivité de quelque chose qui me semblait être la bonne chose à faire. Qu'il devrait retourner au temple et être honoré à l'endroit d'où il est originaire.&rdquo (BBC News)

le révérend Kenneth Bell. De facebook.com La statue de Bouddha. De facebook.com

La fille du révérend Bell, Fiona, a décrit la cérémonie comme « incroyablement émouvante », ajoutant : « Cela a vraiment souligné pour moi à quel point il était important pour nous de rendre certaines des choses que nous avons prises. Vous savez, il y a toutes ces années, lorsque nous colonisions des parties du monde et ainsi de suite. & rdquo (BBC News)

Une inscription sur la statue se lit comme suit : « Offert à HCP Bell en 1919 et rendu en 2019 au temple de la dent par son petit-fils Kenneth Bell. Support en argent offert par la famille Ondaatjie.&rdquo

Les bouddhistes theravada constituent la majorité des Sri Lankais, selon un recensement national de 2011, représentant environ 70,2 % de la population. Les hindous représentent 12,6 %, les musulmans 9,7 % et les chrétiens 7,4 %. Les premiers Européens à visiter le Sri Lanka étaient les Portugais, qui débarquèrent en 1505 et fondèrent plus tard un fort dans la ville portuaire de Colombo. Des parties importantes de l'île ont été gouvernées plus tard par les Néerlandais puis les Britanniques avant que l'île n'obtienne son indépendance complète en 1948.


Je vous souhaite une bonne année “!”

Le calendrier julien antérieur, ainsi que le calendrier grégorien moderne, ont le 1er janvier comme premier jour de l'année.

À l'heure actuelle, la plupart des pays utilisent le calendrier grégorien comme de facto calendrier et observez le 1er janvier comme le jour du Nouvel An, qui est probablement le jour férié le plus célébré au monde. Alors que la nouvelle année commence sur le coup de minuit dans chaque fuseau horaire, les gens saluent invariablement le jour de l'an avec des feux d'artifice. À l'échelle mondiale, les traditions du jour de l'An consistent à prendre de nouvelles résolutions et à rencontrer les membres de sa famille et ses amis.

Le dieu romain Janus est généralement représenté comme ayant deux visages, car il regarde vers l'avenir et vers le passé (Source : storify.com)

Dans la Rome préchrétienne, le calendrier julien consacre le premier jour de l'année à Janus, le dieu des commencements et des transitions. Les Romains vénéraient Janus comme le dieu des portes, des portes, des portes, des passages et des commencements, et nommaient le premier mois de l'année en son honneur. Cela implique que les célébrations du Nouvel An suivent les traditions païennes.

Depuis 45 avant JC, l'Empire romain utilisait le calendrier julien et avait le 1er janvier comme premier jour de l'année. Le calendrier grégorien créé en 1582 également appelé calendrier occidental et le calendrier chrétien était une version raffinée du calendrier julien et le 1er janvier était également le premier jour de l'année.

Détail de la circoncision de Jésus-Christ par Pellegrino da San Daniele (Photographie : Elio Ciol/Corbis)

Dans le calendrier grégorien de la chrétienté, le jour de l'an marquait liturgiquement la fête de la nomination et de la circoncision de Jésus. L'église anglicane et l'église luthérienne observent toujours le jour en tant que tel.

La circoncision de Jésus est un événement de la vie de Jésus. Le verset 2:21 de l'évangile de Luc déclare :

Lorsque huit jours ont été accomplis pour sa circoncision, il a été nommé Jésus, le nom que lui avait donné l'ange avant qu'il ne soit conçu dans l'utérus.

La loi juive stipule que tous les hommes doivent subir une circoncision huit jours après la naissance lors d'une cérémonie Brit Milah, au cours de laquelle leur nom leur est également donné. Ainsi, selon la tradition juive, Jésus né le 25 décembre a subi la circoncision le huitième jour de sa vie le 1er janvier et a nommé Jésus, le nom que lui avait donné l'ange avant que Marie ne le conçoive. Ainsi, liturgiquement, le 1er janvier, jour du Nouvel An, marquait la fête de la circoncision de Jésus dans le calendrier grégorien de la chrétienté.

L'Église orthodoxe orientale célèbre l'événement le 1er janvier comme la fête de la circoncision. De même, les églises anglicane et luthérienne célèbrent la fête de la circoncision de Jésus le 1er janvier.

Les catholiques romains ont longtemps célébré la fête du Saint Nom de Jésus le 1er janvier. Maintenant, l'Église catholique romaine considère le jour du Nouvel An comme un jour saint d'obligation et célèbre le Solennité de Marie, Mère de Dieu, en ce jour.

Articles Liés
    (en.wikipedia.org) (en.wikipedia.org) (en.wikipedia.org) (en.wikipedia.org) (dotwillis.wordpress.com) (ancestryspecialistblog.wordpress.com)

Partagez ceci :

Comme ça:


Explorez les destinations

Majuli

Mājuli ou Majoli est une île fluviale du fleuve Brahmapoutre, dans l'Assam, et en 2016, elle est devenue la première île à devenir un district en Inde.

Udaipur

Udaipur, également connue sous le nom de ville des lacs, est le joyau de la couronne de l'état du Rajasthan. Il est entouré par les belles collines d'Aravalli dans toutes les directions, ce qui rend cette ville aussi belle qu'elle l'est.

Cochin

    • Partager
    • Tweeter
    • Épinglez-le
    • Culturel
    • De l'art
    • La nature
    • Culinaire
    • Croisières fluviales
    • Musée
    • Patrimoine

    Kochi (anciennement Cochin) est une ville cosmopolite de l'État du Kerala avec un port commercial animé. Kochi est la capitale financière du Kerala et, avec une population de plus de 2 millions d'habitants, la plus grande agglomération urbaine de l'État.


    Voir la vidéo: THE OPENING CEREMONY FOR THE JEWELED ISLE: ART FROM SRI LANKA