L'ancien sénateur américain Strom Thurmond est décédé

L'ancien sénateur américain Strom Thurmond est décédé


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Strom Thurmond, qui a siégé au Sénat des États-Unis pendant 46 ans, un record, décède le 26 juin 2003. La longue et controversée carrière politique de Thurmond s'était terminée avec sa retraite un an plus tôt.

Thurmond est né le 5 décembre 1902, à Edgefield, en Caroline du Sud, où il est également décédé. Il est diplômé de ce qui est maintenant l'Université Clemson en 1923 avec un diplôme en horticulture et est devenu enseignant et entraîneur, et, plus tard, un surintendant d'écoles. Tout en travaillant dans l'enseignement, il a étudié le droit la nuit et a passé le barreau en 1930. Il a travaillé comme avocat et, éventuellement, juge, avant de servir pendant la Seconde Guerre mondiale, où il a participé au jour J en Normandie avec la 82e division aéroportée de l'armée. .

La carrière politique de Thurmond a commencé en 1946 lorsqu'il est devenu gouverneur de Caroline du Sud, poste qu'il a occupé pendant un mandat. En tant que gouverneur, ainsi qu'au début de sa carrière au Congrès, il était notoirement pro-ségrégation, déclarant même dans un discours de 1948 : « Je veux vous dire, mesdames et messieurs, qu'il n'y a pas assez de troupes dans l'armée pour forcer au peuple du Sud de briser la ségrégation et d'admettre la race noire dans nos théâtres, dans nos piscines, dans nos maisons et dans nos églises. C'est également en 1948 que Thurmond se présente à la présidentielle, en tant que candidat du parti Dixiecrat, pour protester contre la nomination de Harry Truman par le Parti démocrate, dont il est membre. Il a été facilement vaincu, mais a remporté les États de Caroline du Sud, du Mississippi, de l'Alabama et de la Louisiane, et leurs 39 votes électoraux combinés.

LIRE LA SUITE: Comment le «Parti de Lincoln» a gagné le Sud autrefois démocratique

En 1954, Thurmond s'est présenté au Sénat des États-Unis en tant que démocrate sur une plate-forme pro-ségrégation et est devenu le seul candidat jamais élu au Sénat par un vote écrit. Trois ans après le début de ce premier mandat, il a notoirement organisé une obstruction record d'un seul homme pour faire échouer un projet de loi sur les droits civiques qui a duré plus de 24 heures. Bien que l'on ne sache pas si ses convictions personnelles concernant l'égalité raciale ont jamais changé, son comportement politique est devenu plus modéré dans les années 1970, peut-être dans le cadre d'un effort pour prolonger sa carrière politique à une époque changeante. Ce changement d'avis, qu'il soit authentique ou non, a été illustré par son approbation d'un renouvellement de la loi sur les droits de vote en 1982 et son vote en faveur de la création du jour férié fédéral Martin Luther King, Jr. en 1983.

Tout au long de sa carrière, Thurmond fut de toute façon une force de division dans la politique américaine. Ses détracteurs le considéraient comme un raciste sans vergogne et ont condamné sa prétendue habitude de courir après la jupe. Thurmond a été marié deux fois, la deuxième fois à l'âge de 66 ans avec une ancienne Miss Caroline du Sud de 22 ans, mais avait également la réputation de faire des avances fréquentes à une grande variété de femmes qui ont croisé sa route. Ses fans, cependant, semblaient amusés par sa réputation de « coquin » et admiraient sa fougue et sa discipline personnelle – Thurmond ne fumait ni ne buvait de café et ne buvait que rarement de l'alcool – ainsi que sa force personnelle. Même dans ses 90 ans, lorsque sa santé a commencé à décliner, Thurmond a refusé d'utiliser un fauteuil roulant ou un appareil auditif en public. Il était bien connu pour aider personnellement ses électeurs sur une base régulière.

Thurmond a pris sa retraite du Sénat en 2002 et est décédé environ un an plus tard dans sa maison de Caroline du Sud. En décembre 2003, Essie Mae Washington-Williams a annoncé qu'elle était sa fille illégitime, née de Thurmond et de sa mère Carrie Butler, une femme de chambre noire qui avait travaillé dans la maison familiale. Thurmond avait 22 ans lorsqu'elle est née; Butler n'avait que 16 ans. Bien qu'il ne l'ait jamais reconnue publiquement de son vivant, un représentant de sa famille a confirmé la déclaration de Washington-Williams et il a été rapporté que les deux avaient une relation relativement étroite.


Biographie de Strom Thurmond, homme politique ségrégationniste

Strom Thurmond était un homme politique ségrégationniste qui s'est présenté à la présidence en 1948 sur une plate-forme opposée aux droits civils des Afro-Américains. Il a ensuite servi 48 ans, soit huit mandats étonnants, en tant que sénateur américain de Caroline du Sud. Au cours des dernières décennies de sa carrière, Thurmond a obscurci ses vues sur la race en affirmant qu'il ne s'était jamais opposé qu'à un pouvoir fédéral excessif.


Décès de l'ancien sénateur Strom Thurmond

L'ancien sénateur américain Strom Thurmond, le sénateur le plus ancien et le plus ancien de l'histoire, est décédé jeudi entouré de sa famille dans sa ville natale d'Edgefield, en Caroline du Sud, rapporte l'Associated Press.

L'homme politique, qui a pris sa retraite en janvier dernier après plus de 48 ans dans la fonction publique, a commencé sa vie politique en tant que démocrate pendant la Grande Dépression, s'est présenté à la présidence en 1948 en soutenant le mouvement ségrégationniste blanc et a finalement changé d'allégeance au parti républicain en 1964.

Tout au long de sa carrière, Thurmond a été l'icône la plus visible du conservatisme sudiste. "Il avait de l'enthousiasme et de la passion comme personne que je n'ai jamais rencontré de ma vie", a déclaré à AP la sénatrice Lindsey Graham, qui a pris le siège de Thurmond à sa retraite. Le fils préféré de la Caroline du Sud est parti, mais il ne sera jamais oublié.

Le sénateur, dont la santé s'était détériorée depuis son départ de Washington, vivait dans une suite à l'hôpital du comté d'Edgefield dans sa ville natale. Il est décédé paisiblement et son décès a été marqué par une minute de silence sur le parquet du Sénat jeudi soir, rapporte AP.

« Entouré de sa famille, mon père se reposait confortablement, sans douleur et en toute tranquillité », a déclaré son fils, Strom Thurmond Jr., dans un communiqué publié par l'hôpital.


Contenu

Washington était la fille de Carrie Butler, qui avait 15 ou 16 ans quand sa fille est née, et Strom Thurmond, alors 22. [3] Carrie Butler a travaillé comme domestique pour les parents de Thurmond. Elle a envoyé sa fille de Caroline du Sud à sa sœur aînée Mary et à son mari John Henry Washington pour qu'ils soient élevés à Coatesville, en Pennsylvanie. La fille a été nommée Essie d'après une autre des sœurs de Carrie, qui l'a brièvement accueillie dans son enfance. Essie Mae a grandi avec son cousin, de sept ans son aîné, qu'elle croyait être son demi-frère. [4] Washington n'était pas au courant de l'identité de ses parents biologiques jusqu'en 1941, quand elle avait 16 ans. Sa mère lui a alors raconté toute l'histoire et l'a emmenée rencontrer Thurmond en personne. [5]

Washington et sa mère ont rencontré Thurmond peu fréquemment après cela, bien qu'ils aient eu des contacts pendant des années. [6] Après le lycée, Washington-Williams a travaillé comme infirmière à l'hôpital Harlem à New York et a suivi un cours d'éducation commerciale à l'Université de New York.

Elle ne s'est rendue dans le Sud ségrégué qu'en 1942, lorsqu'elle a rencontré des parents à Edgefield. Après avoir grandi en Pennsylvanie, Washington a été choqué par les restrictions raciales du Sud. Elle est retournée dans le Nord pour vivre avec des parents pendant les années de guerre. Après le retour de Thurmond de la Seconde Guerre mondiale, elle a commencé l'université au Collège d'État de Caroline du Sud (SCSC) tout noir à l'automne 1947. [2] : 128 Thurmond a payé tranquillement ses études universitaires. Elle a rencontré et épousé le futur avocat Julius Williams à SCSC en 1948. Son premier enfant, Julius Williams Jr., est né en 1949. En conséquence, Essie Mae Washington-Williams a abandonné l'université à l'été 1949 pour commencer à élever le premier de ses quatre enfants. [2] : 151

À la fin des années 1950 et dans les années 1960, les années d'activisme national dans le mouvement des droits civiques, Washington a parfois essayé de discuter de racisme avec Thurmond, qui était connu pour son soutien politique de longue date à la ségrégation, mais il a écarté ses plaintes concernant les installations de ségrégation. [6] Néanmoins, Washington-Williams a estimé qu'elle a eu un impact significatif sur Thurmond pendant leurs conversations privées sur la race et les relations raciales et que les politiques de Thurmond envers les Afro-Américains ont été affectées en conséquence. En 1976, par exemple, Thurmond a nommé Matthew J. Perry, [7] avec qui Essie Mae est sortie en 1947 peu de temps avant de rencontrer son premier mari, à la Cour d'appel militaire des États-Unis. Thurmond est devenu le premier sénateur du Sud à nommer un Afro-Américain pour un poste de juge fédéral. [2] : 198

Après la mort de son mari en 1964, Washington déménage à nouveau à Los Angeles, Californie, où elle termine ses études de premier cycle pour obtenir un baccalauréat de la California State University en 1969 [2] : 187 et obtient une maîtrise en éducation à l'Université. de Californie du Sud, [8] [9] Elle a eu une carrière de 30 ans en tant qu'enseignante dans le district scolaire unifié de Los Angeles de 1967 à 1997. [6] Elle était membre de longue date de la sororité Delta Sigma Theta, qu'elle a rejoint alors qu'elle dans l'État de Caroline du Sud.

En 1949, Washington a quitté l'université avant sa première année après avoir épousé Julius T. Williams, un étudiant en droit à SCSC, l'année précédente. Après avoir obtenu son diplôme de la faculté de droit, ils ont déménagé dans sa ville natale, Savannah, en Géorgie, où il a établi un cabinet d'avocats et a été actif au sein de la NAACP. [8] [10] Ils ont eu deux fils et deux filles ensemble. Il est décédé en 1964. Trois enfants vivent dans la région de Seattle, Washington, et une fille vit près de Los Angeles. Washington-Williams a de nombreux petits-enfants.

En 2004, Washington-Williams a déclaré qu'elle avait l'intention d'être active au nom de la Black Patriots Foundation, qui collectait des fonds pour construire un monument sur le National Mall à Washington D.C. en l'honneur des Noirs américains qui ont servi pendant la guerre d'indépendance. [11] Cette organisation a disparu l'année suivante. Un autre groupe collecte actuellement des fonds pour le monument.

En 2004, Washington-Williams a demandé à devenir membre des United Daughters of the Confederacy sur la base de son héritage par Thurmond aux ancêtres qui ont combattu en tant que soldats confédérés. [12] Elle est décédée avant d'être acceptée. [13] Elle avait aussi l'intention de rejoindre les Filles de la Révolution américaine. [11]

Washington-Williams est décédé le 4 février 2013 à Columbia, en Caroline du Sud, à l'âge de 87 ans. [15] [16]


Le sénateur Strom Thurmond est mort à 100 ans

WASHINGTON (AP) – Le sénateur Strom Thurmond de Caroline du Sud, un ancien ségrégationniste démocrate qui a contribué à alimenter la montée du Parti républicain conservateur moderne dans le Sud, est décédé jeudi. Il avait 100 ans et le plus ancien sénateur de l'histoire.

Thurmond est décédé à 21h45, a déclaré son fils Strom Thurmond Jr. Il vivait dans une aile récemment rénovée d'un hôpital de sa ville natale d'Edgefield depuis son retour de Washington dans l'État plus tôt cette année.

Thurmond, dont l'endurance physique et politique était légendaire - il détient le record d'obstruction systématique au Sénat - a pris sa retraite le 5 janvier 2003, après plus de 48 ans au pouvoir.

L'âge a inévitablement fait des ravages sur Thurmond alors qu'il approchait de la retraite, et il a été guidé à travers le Capitole dans un fauteuil roulant. Pourtant, il a exercé le pouvoir politique pratiquement jusqu'au bout, obligeant le président Bush à nommer son fils de 29 ans, Strom Jr., procureur des États-Unis en Caroline du Sud en 2001.

Thurmond est "au-delà de la critique" en Caroline du Sud, a déclaré le politologue de l'Université Furman, Don Aiesi, alors que la santé du sénateur déclinait et qu'il subissait une série d'hospitalisations à la fin de son mandat au Congrès. "Strom est la plus vénérable des institutions ici."

Au cours d'une carrière politique qui a duré sept décennies, Thurmond a remporté sa première élection en 1928, à un poste local, et sa dernière en 1996, pour son huitième mandat au Sénat. "Nous ne pouvons pas et je n'abandonnerai pas notre mission de réparer les torts du libéralisme depuis 40 ans", a-t-il déclaré lors de sa dernière campagne. "Les habitants de la Caroline du Sud savent que Strom Thurmond n'aime pas les affaires inachevées."

Son bilan électoral était favorable à la défense, anticommuniste et résolument conservateur. Son dévouement aux services constitutifs était légendaire. Il était un passionné de conditionnement physique de longue date, qui évitait le tabac et l'alcool et était connu pour sa poignée de main vigoureuse. Il avait une réputation de longue date en tant qu'homme à femmes.

Thurmond s'est présenté à la présidence en tant que Dixiecrat en 1948 et a remporté 39 voix électorales dans le Sud dans le cadre d'un soulèvement des droits des États contre le soutien du président Harry Truman aux droits civils. Près d'une décennie plus tard, il a établi le record du Sénat pour obstruction en s'exprimant pendant 24 heures et 18 minutes d'affilée contre un projet de loi visant à mettre fin à la discrimination dans le logement.

Ironiquement, sa campagne présidentielle a suscité la controverse plus d'un demi-siècle plus tard, lorsque le chef de la majorité de l'époque, Trent Lott, a déclaré lors de la fête du 100e anniversaire de Thurmond que les électeurs du Mississippi étaient fiers d'avoir soutenu le Carolinien du Sud lorsqu'il s'est présenté à la Maison Blanche. "Si le reste du pays avait suivi notre exemple, nous n'aurions pas eu tous ces problèmes au cours de toutes ces années non plus", a ajouté Lott, qui a été contraint de démissionner de son poste de leader républicain du Sénat dans le tumulte qui a suivi.

La politique raciale de Thurmond a changé au fil des ans alors que les Noirs ont commencé à voter en grand nombre. Il est devenu le premier sénateur du Sud à embaucher un assistant noir, a soutenu la nomination d'un juge fédéral noir du Sud et a voté pour faire de l'anniversaire de Martin Luther King Jr. une fête nationale.

Son point de vue semblait bien différent il y a un demi-siècle, lorsqu'il s'est présenté à la présidence.

"Je veux vous dire", a-t-il déclaré dans un discours en 1948, "qu'il n'y a pas assez de troupes dans l'armée pour forcer les gens du Sud à briser la ségrégation et à admettre la race noire dans nos théâtres, dans nos piscines, dans nos foyers et dans nos églises."

Thurmond a grandi en tant que démocrate - son père s'est déjà présenté aux élections - mais est passé au GOP en 1964 pour soutenir la campagne conservatrice de Barry Goldwater pour la Maison Blanche.

Il a déclaré à l'époque qu'il avait fait le pas parce que les démocrates " menaient l'évolution de notre nation vers une dictature socialiste ".

Comme d'autres États du Sud, la Caroline du Sud était un État démocrate à parti unique depuis la fin de la Reconstruction près d'un siècle plus tôt. Le commutateur Thurmond a anticipé une tendance plus large. Dans les années 1990, le Sud a favorisé le GOP et les candidats républicains ont généralement triomphé dans les courses à l'échelle de l'État en Caroline du Sud.

La première fois qu'il s'est présenté comme républicain, en 1966, il a gagné facilement.

En 1968, Thurmond a joué un rôle central dans l'exécution de la « stratégie du Sud » qui a aidé Richard Nixon à remporter la Maison Blanche. La Caroline du Sud a aidé à maintenir les délégués du Sud en ligne lors de la convention du GOP lorsqu'un conservateur charismatique, Ronald Reagan, a fait une pièce tardive pour la nomination. Lors des élections générales, il a cherché à émousser la candidature de George Wallace dans le Sud, arguant que tout sauf un vote pour Nixon aiderait à élire un démocrate libéral, Hubert Humphrey.

Né le 5 décembre 1902, à Edgefield, Caroline du Sud, James Strom Thurmond - Strom était le nom de jeune fille de sa mère - a été élu surintendant de l'école du comté, sénateur de l'État et juge de circuit avant de s'enrôler dans l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a débarqué en Normandie dans le cadre de l'assaut de la 82e division aéroportée le jour J et a remporté cinq étoiles de bataille et de nombreux autres prix.

La guerre terminée, il est rentré chez lui pour reprendre sa carrière politique et a remporté l'élection au poste de gouverneur en 1946. Son bilan était progressiste par rapport aux normes contemporaines pour un démocrate du Sud. Il a fait pression pour l'abrogation de la taxe de vote et a stimulé les dépenses d'éducation.

Il a perdu une course en Caroline du Sud pour la seule fois de sa carrière quatre ans plus tard, lorsqu'il a défié le sénateur sortant Olin Johnston pour une renomination. Dans la défaite, il est rentré chez lui pour pratiquer le droit.

Mais en 1954, le sénateur Burnet Maybank est décédé subitement. Lorsque les responsables du parti ont demandé à un législateur d'État de se présenter au poste, Thurmond a contesté en tant que candidat écrit, affirmant que les électeurs, et non les dirigeants du parti, devraient décider qui a obtenu la nomination. Pour souligner ses références en tant qu'insurgé, il s'est engagé à démissionner de son siège avant de se faire réélire en 1956.

Il a gagné, la seule personne dans l'histoire à remporter un siège au Congrès par écrit. Deux ans plus tard, il a tenu sa promesse de démissionner avant de se présenter pour les quatre années restantes du mandat.

Sa course présidentielle et sa victoire écrite derrière lui, Thurmond est arrivé à Washington avec une réputation nationale. Le mouvement des droits civiques prenait de l'ampleur, mais il s'en tint à ses opinions ségrégationnistes pendant des années.

Il a été un chef de file dans la rédaction du Manifeste du Sud de 1956, dans lequel les législateurs du Sud ont juré de résister à l'ordonnance unanime de déségrégation scolaire de la Cour suprême. En 1957, il a mis en scène son record d'obstruction systématique contre la législation sur le logement qu'il a dénoncée comme un "mélange des races".

Ironiquement, dans les décennies précédentes, les opinions ségrégationnistes de Thurmond étaient plus nuancées que celles des autres politiciens du Sud.

En tant que gouverneur, il a appelé à des poursuites énergiques après qu'un homme noir, suspecté de meurtre, a été lynché par une foule. Le résultat fut un procès au cours duquel 31 hommes blancs étaient accusés.

Sa défaite de 1950 est survenue aux mains d'un adversaire qui a fait une issue de Thurmond&# x27s nomination au poste de gouverneur d'un médecin noir à un conseil consultatif médical de l'État.

Comme beaucoup d'anciens ségrégationnistes, Thurmond a insisté sur le fait que la question n'était pas raciale mais "pouvoir fédéral contre pouvoir de l'État" - bien que le pouvoir de l'État qu'il souhaitait préserver était le pouvoir de ségrégation.

"La question de l'intégration n'était qu'une facette de cette question", a-t-il déclaré lors d'une interview en novembre 1992.

Montrant à quel point son monde avait changé, en 1977, la jeune fille de Thurmond, Nancy, 6 ans, s'est inscrite dans une école publique de Columbia, en Caroline du Sud, qui était à 50 pour cent noire. Le professeur de la fille était également noir.

La première épouse de Thurmond, Jean Crouch, était de 23 ans sa cadette. Le couple s'est marié en 1947 et elle est décédée d'une tumeur au cerveau en 1960.

Sa deuxième épouse, l'ancienne reine de beauté Nancy Moore, avait 44 ans de moins que Thurmond lorsqu'ils se sont mariés en 1968. Thurmond avait 68 ans lorsque leur premier enfant, Nancy, est né. Le couple a eu trois autres enfants avant de se séparer en 1991 : Strom Jr., Juliana et Paul. Nancy est décédée en 1993 après avoir été heurtée par une voiture.


Ex-S.C. Le sénateur Strom Thurmond décède à 100 ans

L'ancien sénateur américain Strom Thurmond est décédé hier soir à l'âge de 100 ans. Il a été au Sénat pendant 48 de ses 100 ans.

On se souvient mieux de lui pour une campagne présidentielle menée par un tiers en 1948. Les démocrates du Sud ont nommé leur propre candidat, contrariés par le soutien du président Harry Truman aux droits civiques. Thurmond a emporté quatre États du sud, bon pour 39 voix électorales. Truman a quand même remporté les élections.

Au cours d'un siècle de vie animé par une passion politique ardente et soutenu par une endurance légendaire, Strom Thurmond, le sénateur américain le plus ancien de l'histoire, a laissé une trace de superlatifs sur l'histoire politique américaine.

Thurmond, décédé jeudi soir dans un hôpital de sa ville natale à l'âge de 100 ans, détenait le record du Sénat pour obstruction. Il était la seule personne à remporter un siège au Congrès par écrit. Sa carrière politique a duré sept décennies.

Et la défection de l'ancien ségrégationniste démocrate au GOP a contribué à alimenter la montée du Parti républicain conservateur moderne dans le Sud.

« Il avait de l'enthousiasme et de la passion comme personne que j'ai jamais rencontré dans ma vie », a déclaré la sénatrice Lindsey Graham, RS.C., qui a remplacé Thurmond après sa retraite le 5 janvier 2003, après plus de 48 ans au pouvoir. . "Le fils préféré de Caroline du Sud est parti mais il ne sera jamais oublié."

Thurmond est décédé à 21h45. après avoir été en mauvaise santé ces dernières semaines, a déclaré son fils Strom Thurmond Jr. Il vivait dans une aile récemment rénovée d'un hôpital de sa ville natale d'Edgefield, en Caroline du Sud, depuis son retour de Washington dans l'État plus tôt cette année.

"Entouré de sa famille, mon père se reposait confortablement, sans douleur et en toute paix", a déclaré Thurmond Jr. dans un communiqué publié par l'hôpital.

Des salles du Congrès à son État d'origine _ où son nom orne les lycées, les bâtiments fédéraux, les rues et un lac _ Thurmond est resté dans les mémoires comme un travailleur infatigable pour ses électeurs et une force politique même par ceux qui sont en désaccord avec l'icône du Sud parfois controversée .

A Washington, le Sénat a temporairement suspendu jeudi le débat sur la législation Medicare pour rendre hommage à Thurmond.

"Strom Thurmond sera à jamais un symbole de ce qu'une personne peut accomplir lorsqu'elle vit sa vie, comme nous le savons tous, au maximum", a déclaré le chef de la majorité au Sénat, Bill Frist, R-Tenn.

Le sénateur américain Fritz Hollings, D-S.C., a servi avec Thurmond pendant plus de 35 ans. "Même si nous nous sommes retrouvés de l'autre côté de l'allée, il n'y a eu aucun doute quant à l'intérêt de la Caroline du Sud", a déclaré Hollings jeudi soir.

Thurmond a remporté sa première élection en 1928, à un poste local, et sa dernière en 1996, à son huitième mandat au Sénat. "Nous ne pouvons pas _ et je ne vais pas_ renoncer à notre mission de réparer les torts de 40 ans du libéralisme", a-t-il déclaré lors de sa dernière campagne. "Les habitants de la Caroline du Sud savent que Strom Thurmond n'aime pas les affaires inachevées."

Son bilan électoral était favorable à la défense, anticommuniste et résolument conservateur. Son dévouement inlassable aux services constitutifs était largement vénéré.

La vigueur physique de Thurmond était également légendaire. Il était un passionné d'exercice depuis toujours, qui évitait le tabac et l'alcool et était connu pour sa vigoureuse poignée de main. Il avait une réputation de longue date en tant qu'homme à femmes.

Mais l'âge a fait des ravages inévitables alors qu'il approchait de la retraite, et il a été guidé à travers le Capitole dans un fauteuil roulant. Pourtant, il a exercé le pouvoir politique pratiquement jusqu'à la fin, persuadant le président Bush de nommer son fils, alors âgé de 28 ans, Strom Jr., procureur américain en Caroline du Sud en 2001.

Thurmond s'est présenté à la présidence en tant que Dixiecrat en 1948 et a remporté 39 voix électorales dans le Sud dans le cadre d'un soulèvement des droits des États. Près d'une décennie plus tard, il a établi le record du Sénat pour obstruction en s'exprimant pendant 24 heures et 18 minutes d'affilée contre un projet de loi visant à mettre fin à la discrimination dans le logement.

"Le doux et merveilleux Strom Thurmond que nous connaissons aujourd'hui était un détenteur de pouvoir abrasif et agressif" à l'époque des droits civiques, a déclaré l'historien de l'Université de Caroline du Sud Dan Carter à la fin de l'année dernière lorsque Thurmond fêtait son 100e anniversaire. "Cela devrait faire partie de ce dont nous nous souvenons de cet individu extraordinaire."

La campagne présidentielle de Thurmond a suscité la controverse l'année dernière, lorsque le chef de la majorité de l'époque, Trent Lott, a déclaré lors de la fête du 100e anniversaire de Thurmond que les électeurs du Mississippi étaient fiers d'avoir soutenu la Caroline du Sud lorsqu'il s'est présenté à la Maison Blanche. Lott a été contraint de démissionner en tant que leader républicain du Sénat dans le tumulte qui a suivi.

La politique raciale de Thurmond a changé au fil des ans, il est devenu le premier sénateur du Sud à embaucher un assistant noir, a soutenu la nomination d'un juge fédéral noir du Sud et a voté pour faire de l'anniversaire de Martin Luther King Jr. une fête nationale.

"Le sénateur Thurmond était symbolique du Vieux Sud, mais sa volonté de changer au fil du temps a donné l'exemple à de nombreux Caroliniens du Sud", a déclaré le représentant démocrate des États-Unis James Clyburn, le seul membre noir de la délégation du Congrès de l'État.

Thurmond a grandi en tant que démocrate _ son père s'est déjà présenté aux élections _ mais est passé au GOP en 1964 pour soutenir la campagne conservatrice de Barry Goldwater pour la Maison Blanche.

Comme d'autres États du Sud, la Caroline du Sud était un État démocrate à parti unique depuis la fin de la Reconstruction près d'un siècle plus tôt. Le changement de Thurmond a anticipé une tendance plus large dans les années 1990, le Sud a favorisé le GOP et les candidats républicains ont généralement triomphé dans les courses à l'échelle de l'État en Caroline du Sud.

La première fois qu'il s'est présenté comme républicain, en 1966, il a gagné facilement.

En 1968, Thurmond a joué un rôle central dans l'exécution de la « Stratégie du Sud » qui a aidé Richard Nixon à remporter la Maison Blanche. Le Caroline du Sud a aidé à maintenir les délégués du Sud en ligne lors de la convention du GOP lorsqu'un conservateur charismatique, Ronald Reagan, a fait une pièce tardive pour la nomination. Aux élections générales, il a cherché à émousser la candidature de tiers de George Wallace dans le Sud, arguant que tout sauf un vote pour Nixon aiderait à élire un démocrate libéral, Hubert Humphrey.

Né le 5 décembre 1902 à Edgefield, James Strom Thurmond _ Strom était le nom de jeune fille de sa mère _ a été élu surintendant de l'école du comté, sénateur de l'État et juge de circuit avant de s'enrôler dans l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a débarqué en Normandie dans le cadre de l'assaut de la 82e division aéroportée le jour J et a remporté cinq étoiles de bataille et de nombreux autres prix.

La guerre terminée, il est rentré chez lui pour reprendre sa carrière politique et a remporté l'élection au poste de gouverneur en 1946. Son bilan était progressiste par rapport aux normes contemporaines pour un démocrate du Sud. Il a fait pression pour l'abrogation de la taxe de vote et a stimulé les dépenses d'éducation.


Valeur nette de Strom Thurmond

Sénateur de Caroline du Sud qui a servi l'État pendant quarante-huit de ses 100 ans. Au moment de sa retraite, il était le sénateur le plus ancien et le plus ancien de l'histoire des États-Unis.


Décès de Strom Thurmond, légende du Sénat

Strom Thurmond, le sénateur le plus âgé et le plus ancien de l'histoire, est décédé hier soir à l'âge de 100 ans.

M. Thurmond est décédé à 21 h 45, a déclaré son fils Strom Thurmond Jr. Il vivait dans une aile récemment rénovée d'un hôpital de sa ville natale d'Edgefield, en Caroline du Sud, depuis sa retraite après 48 ans au Sénat plus tôt cette année.

"Entouré de sa famille, mon père se reposait confortablement, sans douleur et en toute tranquillité", a déclaré le jeune M. Thurmond dans un communiqué publié par l'hôpital.

Le Sénat, qui travaillait à une refonte de l'assurance-maladie lorsqu'il a appris la mort de M. Thurmond, a arrêté le travail pour une minute de silence et pour plusieurs hommages à un homme qui a combattu en tant que parachutiste de la Seconde Guerre mondiale dans la 82e division aéroportée. et s'est présenté à la présidence en tant que « Dixiecrate » en 1948.

"Un chêne géant dans la forêt du service public est tombé", a déclaré le sénateur Ernest F. Hollings, démocrate de Caroline du Sud, qui a été sénateur junior avec M. Thurmond pendant 36 ans.

Le chef de la majorité au Sénat, Bill Frist, a déclaré que les 100 ans de vie de M. Thurmond étaient "une vie vraiment inégalée dans la fonction publique".

"Il était à bien des égards une légende", a déclaré le chef de la minorité sénatoriale Tom Daschle, démocrate du Dakota du Sud. “Il était gouverneur, candidat à la présidentielle, soldat, père, citoyen.”

M. Thurmond savourait une réputation d'ancien du dernier bastion des gentilshommes courtois du Sud, une antiquité dans le monde contemporain. Il a vécu 18 présidences et a été témoin de grandes inventions, de l'avion et de la télévision à l'ordinateur personnel et à Internet.

Son style, marqué par une voix traînante et épaisse, compréhensible uniquement par une oreille entraînée ou indigène, a largement résisté à l'évolution de l'ordre ancien au cours de ses 48 années au Sénat, où il a pris de l'importance au cours des efforts de lutte des années 1950 pour abroger les lois Jim Crow qui a séparé le Sud.

Mais son image de fervent ségrégationniste, Dixiecrat, a survécu à ses opinions sur les relations raciales qui ont évolué au fil du temps, apprivoisant le genre de convictions qu'il avait en 1957 lorsqu'il a fait une obstruction record de 24 heures et 18 minutes contre le Civil Rights Act, un accomplissement, néanmoins, il a annoncé pendant des décennies.

M. Thurmond a été remplacé au Sénat par la républicaine Lindsey Graham, qui a félicité hier soir l'homme pour "une vie riche" et parce qu'il a " changé avec le temps ".

“C'était l'homme qu'il fallait. Si vous avez un problème avec votre famille ou votre entreprise, téléphonez et appelez le sénateur Thurmond. Vous recevriez un rappel et il irait à la batte pour vous », a déclaré M. Graham hier soir.

En 1971, il est devenu le premier sénateur du Sud à embaucher un membre noir du personnel. Il a ensuite soutenu la législation faisant de l'anniversaire de Martin Luther King une fête nationale. Dans une interview accordée en mars 1996 au journal Capitol Hill Roll Call, le sénateur a déclaré à propos de l'intégration : "Je pense que c'est pour le mieux".

En 1995, il a reçu un prix de la Greater Washington Urban League lors d'un dîner de cérémonie intitulé "Black and White and Great Together: The Unity Continues".

Mais M. Thurmond a toujours défendu son opposition antérieure aux droits civils, affirmant qu'il suivait simplement la loi dans son État d'origine, la Caroline du Sud, et le reste du Sud ségrégué.

Son long mandat a fait de lui à la fois l'homme le plus âgé à avoir jamais siégé au Sénat et son membre le plus ancien. Il a renoncé à sa présidence convoitée de la commission sénatoriale des forces armées en 1999, mais a insisté pour rester au Sénat jusqu'à la fin de son mandat en 2002.

"Tant que je serai sain d'esprit et de corps, je continuerai à travailler dur pour servir mes compatriotes de la Caroline du Sud et pour assurer le gouvernement de la nation", a-t-il déclaré en 1997.

Les assistants d'autres sénateurs qui siègent au comité ont exprimé leur soulagement face à la décision de M. Thurmond, alors même qu'ils parlaient avec émotion du sénateur de Caroline du Sud, qui a remporté 39 voix lorsqu'il s'est présenté à la présidence en tant que démocrate des droits des États en 1948 — en tant que “grand-père” et “gentleman” figure.

Plusieurs sénateurs qui estimaient que le sénateur vieillissant n'était plus à la hauteur ont tenté de l'évincer de sa présidence du panel en 1995, mais M. Thurmond, qui se targuait de son agilité et de sa force au-delà de ses années, a réagi rapidement et avec force, évitant la tentative de coup d'État et s'accrochant fermement à son marteau.

Personne qui n'a jamais rencontré le sénateur n'a pu oublier la poigne de fer qu'il avait pour lui serrer la main. Ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale qui a pris d'assaut la Normandie le 6 juin 1944, il était peut-être connu autant pour ses réalisations législatives au cours de sa carrière publique colorée que pour ses réalisations physiques personnelles.

Après la mort de sa première femme, M. Thurmond s'est remarié en 1968 à l'âge de 66 ans, cette fois avec une ancienne Miss Caroline du Sud de 22 ans. Ils ont eu quatre enfants ensemble, dont le dernier est le père du sénateur âgé de 70 ans. Le couple se sépare en 1991.

Une grande partie de la carrière ultérieure du sénateur a été façonnée par une tragédie personnelle. En 1993, sa fille de 22 ans a été tuée par un conducteur en état d'ébriété, ce qui a incité le père affligé à se joindre à la campagne nationale de don d'organes. Deux semaines seulement avant la mort de sa fille, il avait déposé une loi exigeant des avertissements sur les publicités pour l'alcool.

Il était également connu comme un admirateur notoire et pas si lointain des femmes. En 1994, il a été accusé d'avoir tenté d'attraper la sénatrice de Washington Patty Murray dans un ascenseur. Et il aimait aussi montrer ses muscles. À une occasion dans les années 1980, il a été vu en train de prendre une femme journaliste dans une fière démonstration de force.

Mais à mesure que sa vigueur diminuait au cours des dernières années, M. Thurmond avait manifestement de la difficulté à se déplacer au Sénat ou encore moins à se souvenir de son emploi du temps et même des noms des autres sénateurs avec lesquels il avait travaillé pendant des années.

« Le fait est que le Sénat est, en fait, la maison de retraite de Thurmond », écrivait le magazine Newsweek en 1996. Le même numéro rapportait que M. Thurmond avait oublié le nom du sénateur Phil Gramm, républicain du Texas, lorsque il s'est levé pour le présenter lors d'un dîner du Rotary Club.

Mr. Thurmond’s health declined rapidly in the last three years of his life, with a half-dozen visits to the hospital in just the year before his 99th birthday.

At that birthday party in December 2001, with aides bracing each arm, Mr. Thurmond paused for photographers before the luncheon, which featured a cake and a rousing chorus of “Happy Birthday.”

“I love all of you, and if you’re a woman, I love you even more,” responded Mr. Thurmond, maintaining his reputation as a colorful and flirtatious character.

Asked by a female reporter how he planned to celebrate his birthday, Mr. Thurmond first responded, “Nothing special.” But after thinking for a moment, he took the reporter’s hand and said, “Maybe I can take you out on a blind date.”

First elected to the Senate in 1954 as the first and only senator ever to be elected as a write-in candidate, the South Carolina lawmaker remained one of his state’s most popular politicians.

He was returned to office in 1996 after crushing his opponent, Democrat Elliott Close, a wealthy real estate developer. Mr. Thurmond thanked his constituents by including $86 million for military-construction projects in South Carolina in a sweeping defense-authorization bill for 1997, crafted by his committee.

Mr. Thurmond began his political career as a Democrat, but bolted the party in 1948 to run as the States’ Rights candidate for president. He joined the Republican Party in 1964, declaring that the Democratic Party, which had adopted a strong civil rights plank, was “leading the evolution of our nation to a socialistic dictatorship.”


Sen. Strom Thurmond spent a lifetime in public service

Buy Photo

Sen. Strom Thurmond, R- S.C., in his Capitol Hill office, Wednesday, Dec. 4, 2002. Thurmond will celebrate his 100th birthday tommorrow. (Gannett News Service, Heather Martin Morrissey) (Photo: Heather Martin Morrissey, The Greenville News Copyright 2002No) Buy Photo

Posté !

Un lien a été posté sur votre flux Facebook.

Intéressé par ce sujet ? Vous pouvez également consulter ces galeries de photos :

Editor's note: This story originally published on June 27, 2003. June 26 is the 15th anniversary of Sen. Strom Thurmond's death.

Strom Thurmond's death Thursday in a country hospital near his Edgefield birthplace ends a century-long American saga of tumult, triumph and change.

He was until the end a lightning rod for the nation's continuing struggle over race, the issue that largely defined Thurmond throughout the 20th century and chased him into the new millennium.

Friends and even former enemies said he was more complicated than the searing symbol of Southern racism he had become and that his life was a testimony to the power of redemption.

But his role as a warrior in the segregationist army never turned him loose. The incoming majority leader of the Senate, Trent Lott of Mississippi, reignited the controversy anew last year when he said at Thurmond's 100th birthday party that the country might have been better off had the segregationist Thurmond been elected president in 1948.

The fierce national reaction to those comments drove Lott from his leadership position. And it wrapped the 100-year-old Thurmond in a renewed national memory of him.

Just weeks before he died, a decision by the clerk of South Carolina's House of Representatives to honor his long career by featuring him on the cover of the Legislative Manual roiled the General Assembly in a rancorous debate, with black legislators saying they were offended because of his racist past.

His friends expressed sadness at the turn events took in the final months of his life. They said it obscured his remarkable history of service to the state and to the nation, as well as the good he had done.

Thurmond was the nation's longest-serving U.S. senator, at 48 years. And he was the oldest, retiring at 100. He climbed out of Edgefield County through a string of small campaigns to become a legislator, a judge and later governor. Thurmond was the only senator in the nation's history elected as a write-in candidate.

Even into his 90s, before he became frail and wheelchair-bound, he remained oddly boyish. He wore inexpensive suits and black military lace-ups and never looked at ease dressed up. He stuffed his pockets with peanuts, ate like a country boy at Washington receptions and relished physical activity and the outdoors.

He was a Tom Sawyer figure who never lost his rural roots. He could describe how to castrate a rooster, run an egg farm and the tricks of breaking a horse. He told stories about the Alamo and the Edgefield men who fought there, as well as his own tales of war. Each flowed from his notions of bravery and honor.

To his enemies, he was mean and cunning. Admirers praised his unflagging toughness. He built his early political career on no small measure of macho bravura. As a judge, he sentenced four men to die and said later in life that he had no regrets. He fought another U.S. senator on the floor of the Capitol.

There was another side. Among the tons of his archived papers are tender love letters to his first wife. His eyes could well with tears when talking about children.

This is an undated childhood photo of Strom Thurmond, who years later became Sen. Strom Thurmond, R-S.C. Thurmond, who is retiring after serving 48 years in the U.S. Senate, will celebrate his 100th birthday Dec. 5, 2002. (AP Photo/ho) (Photo: AP)

Raised on politics

He was born Dec. 5, 1902, to Eleanor Gertrude Strom Thurmond and John William "Will" Thurmond -- county attorney, prosecutor, legislator and judge. Will Thurmond was a political lieutenant of "Pitchfork" Ben Tillman, the dominant figure of post-Civil War South Carolina, who led a farmers' movement and successfully campaigned for governor in 1890.

Thurmond could spin eyewitness accounts of Tillman. Walter Edgar, a South Carolina historian, author of "South Carolina: A History," and a professor at the Uni- versity of South Carolina, said, "How many people today can say they heard Ben Tillman on the stump? When you stop to think about that -- and Tillman had heard Revolutionary War characters -- I mean, that takes in three generations. It takes us back 200 years."

Thurmond prided himself on being a son of Edgefield, a land that had borne James Bonham and William Travis, who fought at the Alamo, and Pitchfork Ben.

As an old man, he talked about sitting in the Edgefield dust as a little boy at a stump debate during the 1912 race for governor. His father had taken his children to hear Ira Jones and Coleman Blease.

"I remember Jones spoke that day and made a fine speech, but he didn't demagogue and he didn't shout and he didn't quite make the impression that Blease did, because Blease was an able speaker and more dynamic," Thurmond said in an interview with The Greenville News.

Thurmond, who learned how to shout and how to demagogue, said the episode served as an example to him throughout his political life.

He graduated from Clemson in 1923. Beneath his photo in the Clemson yearbook are the words, "One cannot always be a hero, but one can always be a man."

Thurmond taught agriculture and coached at high schools in McCormick, Ridge Spring and Edgefield from 1923 until 1929. His political career began that year with his election as Edgefield County's superintendent of education.

He also began studying, or reading, the law under his father and was admitted to the South Carolina Bar in 1930. By 1932, he was working for Franklin Roosevelt's presidential nomination. He was elected to the South Carolina Senate that year, serving until 1938.

Later, as governor, he would underscore in the 1950 Legislative Manual his progressive record. He wrote of his work as a member of the Social Security Committee that sponsored the first law to help the blind, old and poor. He also wrote of his role in helping to write the first rural electrification act and working to create the Santee Cooper power and navigation project.

Thurmond singled out as accomplishments a longer school term, improved textbooks, mandatory school attendance and the "prevention of chiseling ofteachers' salaries." He also supported new buildings at state colleges, the Soil Conservation Act, construction of the Wade Hampton state office building and "legislation for the betterment of labor conditions andprotection of farmers."

It was a record of a big and active government, hardly representative of the second half of Thurmond's life. While the issues would change, though, his political performance would not.

Through five decades, Thurmond's style rarely varied -- clenched fists on the stage, shouting and rasping against the evils of "kowtowing" to outside forces. It was a tough image, full of energy and suspicion.

Off the stump, there was the other Thurmond. At political rallies, funerals, dawn prayer services before inaugurations, and weddings, Thurmond was often the first there, shaking hands, asking about family, making a connection.

Almost the entire Thurmond infrastructure in Washington was about those connections back home. When a young would-be politician, lawyer or judge went to work for the senator, they spent time clipping obituaries for the senator's notes to families and serving as Thurmond's emissary on all manner of missions for constituents.

A tough judge

By 1938, he was a state circuit judge. While on the bench, he sentenced four men to death, three blacks and one white.

David Bruck, one of the nation's foremost opponents of the death penalty, examined Thurmond's death penalty cases. He wrote in The Washington Post in 1981 that Thurmond seated all-white juries to judge black defendants even though the U.S. Supreme Court had condemned the practice.

Bruck referred to a unanimous U.S. Supreme Court decision written by Justice Hugo Black of Alabama that racial discrimination in jury selection "not only violates our Constitution . but is at war with our basic concepts of a democratic society and a representative government."

The Supreme Court ruling, Bruck wrote, came two months before Thurmond seated the jury in the trial of George Thomas, accused of raping a white woman in Georgetown. "So it can't be said that judges like Thurmond had no way of knowing in 1941 that there was anything wrong with the all-white judicial system. Thurmond and his colleagues did what they did because there was not yet anyone to stand up to them," Bruck wrote.

Thurmond said five decades later that he had no regrets. "I thought the jury came to a correct decision in all of those cases. I think that if I had been sitting on the jury, I would have reached the same verdict. It was merely my duty to impose the punishment as the law provided where they did not recommend mercy," he said.

His years as a circuit judge may have been the favorite in his life, Thurmond said. He had time to ride horses and read history.

Even then, he probably had his eye on a wider game. U.S. District Judge Joe Anderson Jr., who's from Edgefield, said his grandfather was Thurmond's court reporter. He said Thurmond was an unorthodox judge.

"Judges traditionally just live in a bubble. They're very isolated," said Anderson. But Thurmond, he said, would ride the circuit and speak to civic clubs and visit local restaurants, making connections and shaking hands.

"He certainly didn't live in a bubble as a judge, in other words. I think he was looking toward a statewide political career, probably," he said. "And, of course, there's nothing wrong with that."

Sen. Strom Thurmond R-SC., holds a rifle in 1922 during ROTC summer training at Camp McClellan, Ala. Thurmond, who is retiring after serving 48 years in the U.S. Senate, will celebrate his 100th birthday Dec. 5, 2002 . (Photo: AP)

La guerre

Pearl Harbor ended Thurmond's bucolic world of horseback rides and books in the afternoon. He took off his robes, got a leave of absence and joined the Army. He was a 39-year-old first lieutenant.

He was commissioned in the First Army and attached to the 82nd Airborne Division for the invasion of Europe. His war record was a vital part of his political resume, and he described his flight into France behind enemy lines in a glider. He served with the First Army through France, Belgium, Holland, Luxembourg and Czechoslovakia. He fought on to Germany and the rendezvous with the Russians.

He listed in his war record five battle stars and 18 decorations, including the Belgian Order of the Crown, the French Croix de Guerre and a Bronze Star.

"We sat on the banks of the river waiting on the Russians to take Berlin,"he said. "I never have been so mad, and the others were, too, that we were not allowed to take Berlin."

Thurmond transferred to the Pacific, and he was in the Philippines when the war ended. He returned home to the bench before resigning and running for governor in 1946.

He continued to serve as an officer in the Army Reserve, and the military remained an essential part of his life. He retired as a major general.

Don Fowler, former chairman of the Democratic National Committee and a retired officer in the Army Reserve, said Thurmond was interested in what was known as "military government" and is now called civil affairs. He said Thurmond personally organized the prominent 360th Civil Affairs Brigade.

Thurmond ran for governor as a populist and beat 10 men. He campaigned against the "Barnwell Ring" led by two Barnwell County politicians who controlled state politics -- state Sen. Edgar Brown, the Senate leader, and the speaker of the state House of Representatives, Solomon Blatt.

Edgar, the historian, believes Thurmond's accomplishments as governor don't get the attention they deserve. "He was a damn good governor, given what little power our governors have," he said. Edgar had lunch with Thurmond after the 1998 publication of his South Carolina history. He said the senator talked about his accomplishments as governor as a highlight of his career.

Edgar said Thurmond had a progressive record -- creation of the state Probation, Paroles and Pardons Board, modernization of the Port of Charleston, the extension of the school year to nine months and the addition of the 12th grade. And he said voters repealed the poll tax, divorce was legalized and the Public Welfare Act was amended to provide aid to dependent children under 18.

Performing for the benefit of newsmen, Sen. Strom Thurmond, demonstrates his oratory, minutes after he emerged Aug. 29, 1957 from the Senate chamber where he spoke a record-breaking 24 hours,19 minutes against the compromise civil rights bill. His wife, Jean who kept a sometimes lonely vigil as a one person audience in the Senate gallery, smiles in background. Thurmond who is retiring from serving 48 years in the U.S. Senate will celebrate his 100th birthday on Dec. 5, 2002. (AP Photo/File) (Photo: The Greenville News Copyright 2002No)

A governor marries

He was a 44-year-old governor, though, before he married. She was Jean Crouch, a former beauty queen and one of his secretaries.

Thurmond proposed in a letter, on his office letterhead, and she accepted in a typewritten note. "My darling Jean," he wrote. "You have proved to be a most efficient and capable secretary, and the high caliber of your work has impressed me very much. It is with a deep sense of regret that I will have to inform you that your services will be discontinued as of the last day of this month."

Thurmond wrote he couldn't live happily or accomplish what he needed to do for the state without her. "As soon as you have made up your mind, I should thank you to please give me a decision and do not wait too long because my heart yearns for you, and I want you to be my wife without too much delay."

The same day, she replied, "My dearest Strom, Yes!"

The senator's archived papers at the Strom Thurmond Institute at Clemson include stacks of love letters between them. He calls her "Sugie" and "Wifey." From a political convention in Philadelphia in 1949, Thurmond writes her about his day. "Sweet dreams and good night. I love you -- I do -- I do. Forever yours, Strom."

The marriage lasted until 1960, when Jean Thurmond died of a brain tumor at the National Institutes of Health. Ils n'avaient pas d'enfants.

Opposing civil rights

President Truman integrated the armed forces and called for an end to racial discrimination on the job. The Democratic Party adopted a civil rights plank at the 1948 Democratic National Convention and Thurmond led a delegate revolt.

The Southerners formed the States' Rights Party, or Dixiecrats, and nominated Thurmond to run for president, with Mississippi Gov. Fielding Wright as his running mate. He said his goal was to win enough states to throw the election to the House of Representatives, where he could bargain the presidency for concessions on civil rights.

He carried four states -- South Carolina, Alabama, Mississippi and Louisiana. It wasn't enough to make a difference.

Thurmond returned to Columbia and launched a campaign against U.S. Sen. Olin Johnston in 1950. Johnston was a former governor and a fellow populist. There are politicians still alive who remember how the two tried to outdo each other as race-baiters. At one point in the campaign, Thurmond challenged Johnston to fight outside a courthouse debate in Newberry. They never threw punches.

It was the only election Thurmond lost.

Former Gov. Dick Riley said the South of the 1950s practiced raw, uncomplicated politics. "Things have gotten more complex and he, then, I think, has changed and gotten more complex himself," said Riley.

Whipped by Johnston, Thurmond went home and began practicing law in Aiken.

In 1954, the executive committee of the South Carolina Democratic Party left Sen. Burnet Rhett Maybank's funeral and decided not to hold a primary election for the Senate seat. They chose one of their own, the leader of the Barnwell ring, Edgar Brown.

For Thurmond, it was another opportunity to go to war against a foe he had described before -- the elite attempting to force its will on others. He launched a write-in campaign, which collected wide newspaper support and, in the late days of the race, the backing of Gov. Jimmy Byrnes, an immensely powerful Democrat who had been a congressman, U.S. senator, U.S. Supreme Court justice and U.S. secretary of state.

Thurmond promised voters that he would resign before the next primary to allow them to choose a Democratic nominee. He won with 63 percent of the vote. Thurmond kept his promise, won the primary and returned to Washington, where he stayed.

Harry Dent, who covered the 1954 race as a reporter before becoming Thurmond's top political aide, said the move sealed Thurmond's future success. "He became the unbeatable politician from then forward."

Sen. Strom Thurmond and Congressman W.J. Bryan Dorn, wearing ceremonial headgear watch the Pickens County Centennial parade in October 1968. (Photo: Greenville News Photo Aubrey Bowie)

Racial politicking

Thurmond marched into the Senate at a moment in history when Congress, the political parties and the nation began confronting America's legacy of racial discrimination.

President Eisenhower in his 1957 State of the Union address called for the passage of civil rights legislation. Lyndon Johnson had his eyes on the 1960 presidential campaign and understood the challenge of breaking out of the South to win national support. The Texas senator, the majority leader of the Senate, began moving for civil rights.

Thurmond opposed the legislation. Three decades later, the senator said he was fighting for states' rights, not for the continued oppression of blacks. But his raw language on civil rights left little doubt that he was an aggressive segregationist.

Robert Caro, in the third volume of his examination of the life of Lyndon Johnson, "Master of the Senate," writes that Thurmond was on his own in the filibuster. Even passionate opponents of civil rights such as Georgia Sen. Richard Russell, Caro wrote, compromised on the issue to advance Johnson's presidential ambition.

Thurmond filibustered against the bill and set a Senate record. He talked without interruption for 24 hours, 18 minutes. He stopped after a Senate doctor threatened to pull him off the floor. And his effort was in vain. He sat down and the Senate passed the bill that Eisenhower signed into law.

In his later years, Thurmond repeatedly denied that he was a racist. The thrust of his fight, he said, was against the domination of the states by the federal government.

His Senate speeches, radio addresses and campaign comments back home during the period are largely repetitive, focusing on states' rights. But he was strident and personal in his attack.

Thurmond said in 1964 that "the enforcement of the recently enacted so-called Civil Rights Act will mean the upheaval of social patterns and customs more than a century old in many communities, both in the South and in other areas of the nation as well. To force people to change their pattern of living overnight, to require them to forget how they have acted and reacted over the entire span of their lifetime, creates a potentially dangerous situation.

"In many instances, the best advice which could be given would be for the integration groups to discontinue their demands and their agitation."

He railed against what he described as communist infiltration of the civil rights movement. Thurmond accused Northern congressmen of hypocrisy, saying the North had created a ruthless but effective ghetto system to segregate the races.

"Segregation in the South is honest, open and above-board," said Thurmond in a June 1964 Senate speech. "Of the two systems, or styles of segregation, the Northern and the Southern, there is no doubt whatever in my mind which is the better. Our Southern system, too, has stood and passed the pragmatic test. It works."

He said passage of the civil rights legislation "will mark one of the darkest days in history."

The Senate rolled over him in 1964, just as it did in 1957. Within weeks,Thurmond would become involved in one of the most famous incidents in Senate history, which has endured from its frequent retelling.

President Johnson had nominated former Florida Gov. LeRoy Collins to head the Community Relations Service, created by the Civil Rights Act to mediate disputes. Thurmond opposed him. In a July 1964 statement, Thurmond said Collins would offer advice on how integration could be best achieved, "not whether it should be pushed or not."

He said Collins was one of the "turncoats" who had previously supported segregation and changed their position.

Collins' nomination had to clear a committee vote, and Thurmond attempted to block it by preventing a quorum. He was in the hall outside the hearing room when Texas Sen. Ralph Yarborough tried to enter. Thurmond said years later that Yarborough ordered him inside.

Thurmond said he told the Texas Democrat, "If you're man enough, do it." He said Yarborough grabbed him under his arms and Thurmond threw him to the floor.

"I held him there, just put a scissors on him and just held him there and laid back and took it easy," said Thurmond. Lying on the floor, he said, they worked out a plan. If Thurmond lost, Yarborough could vote. If Thurmond won, he couldn't.

"I let him up, but the rascal went in there and voted anyway," Thurmond told The News. He was far from embarrassed over it. "He weighed about 200 pounds and I weighed about 170 then. But he hadn't taken exercise like I had. He wasn't tough and hard."

Changing parties

His disenchantment with the Democratic Party was complete. Thurmond bolted from the party in 1964, throwing his support to Arizona Sen. Barry Goldwater in his campaign to defeat Johnson. He went to work building the party in South Carolina.

"When he switched, it just made all the difference in the world," said Fowler. "He made the Republican Party legitimate in South Carolina and by implication, the rest of the South."

The importance of the switch became clear in 1968 when Thurmond aligned himself with Richard Nixon and held Southern delegates for Nixon against a challenge by Alabama Gov. George Wallace. Thurmond had become a national political force. Fowler said Thurmond delivered several Southern states to Nixon.

Edgar, the historian, said Thurmond's break to the Republicans in 1964 and his success in 1968 "changed the course of American history" in building the Republican Party in the South. His work for Nixon "gave him an inside track that no other Southern senator had."

Thurmond's moves to keep Wallace bottled up and promote Nixon in the South signaled an important political shift. The last move away from open racial politicking, however, would come after the 1970 South Carolina race for governor between Republican U.S. Rep. Albert Watson and Democratic Lt. Gov. John West.

Watson ran against busing, and the campaign whipped racist flames across the state. West said Thurmond worked harder for Watson than Watson worked for himself. Watson lost, and Thurmond began charting a new course.

He hired a black staff member in 1971, and he began working to change his image as a racist. He began broadening his legendary work for constituents to include black South Carolinians.

Modjeska Simpkins, a longtime advocate for civil rights in South Carolina, told The News before her death that she believed Thurmond had genuinely changed. "Down there somewhere, there was something fundamentally all right" about the senator. She said she asked Thurmond for help, and "he has never refused to help, and he has helped in every case."

I.S. Leevy Johnson was one of the first blacks elected to the South Carolina General Assembly in the 1970s. He said Thurmond was "not forgiven for the obstacles he put in the path of African-Americans to exercise the rights and privileges taken for granted by others." But he said Thurmond worked to address black concerns and was a strong supporter of black colleges.

Another black political pioneer, state Sen. Kay Patterson, said Thurmond's early record on race is indefensible. But Patterson said he believes Thurmond had "a change of heart on the road to Damascus, like Paul. He woke up and saw the light."

Sen. Strom Thurmond, R-S.C., and Nancy Moore are shown in this 1966 file photo taken at a GOP fund raiser.while she was Miss South Carolina. The two were married in 1968 and are presently separated. Thurmond who is retiring after serving 48 years in the U.S. Senate will celebrate his 100th birthday Dec. 5, 2002. (AP Photo/The State) (Photo: The Greenville News Copyright 2002No)

A new wife

Thurmond added a new dimension to his image in 1968 when he married Nancy Moore, a 22-year-old former Miss South Carolina. The senator was 66.

Dent, Thurmond's longtime political aide, said the marriage added to Thurmond's already virile image. The couple had two sons and two daughters. One of his sons, Strom Jr., is now South Carolina's chief federal prosecutor.

The marriage lasted until 1991, when they separated. In his final months, however, she returned to his side to care for him.

Thurmond reached the height of his power in 1981 when Ronald Reagan swept into Washington with a Republican wave that captured the Senate. Thurmond was then president pro tem of the Senate and chairman of the Judiciary Committee. He was third in line to the presidency after the vice president and House speaker.

He played critical roles in judicial nominations, crime bills and defense issues. Massachusetts Democratic Sen. Edward Kennedy said an important part of Thurmond's Senate legacy is his work with him to reform the nation's criminal sentencing laws.

Kennedy said he and Thurmond fought mandatory sentencing laws as a solution to sentencing disparities by crafting guidelines in the Sentencing Reform Act of 1984. Kennedy said he and Thurmond "came to the issue from different perspectives, but we agreed on the goal of fair sentencing laws. It took several years of debates, but Sen. Thurmond and I stood together."

At 90, the senator's 22-year-old daughter, Nancy Moore, was fatally injured in 1993 when she was struck by a car while crossing the street near her off-campus apartment in Columbia. She was a beauty queen and a student at the University of South Carolina. Thurmond was devastated. He and his wife were there for a 17- hour vigil before she died.

Thurmond ran his last campaign in 1996, and in his final years, he largely receded from the national stage. He still went to work and attended congressional hearings, but he was propped up by a retinue of loyal aides -- including his longtime chief of staff, the devoted Duke Short. At the end of his last Senate term, he was spending nights at Walter Reed Army Hospital.

His vast network of efficient aides and allies that had for so many years provided a sturdy cocoon slowly began to fade away. Thurmond spent much of his last 30 days as a senator receiving accolades from almost the entirety of official Washington -- from liberals such as Kennedy to President Bush.

In the end, he left amid the great cacophony of national controversy, defined again by his mid-20th-century opposition to civil rights for black Americans.

Sen. Strom Thurmond, R-S.C., waves as he's applauded on the way to speaking at the South Carolina Republican Party state convention May 4, 1996, in Columbia, S.C. Thurmond who is retiring after serving 48 years in the U.S. Senate will celebrate his 100th birthday Dec. 5, 2002. (Photo: LOU KRASKY, AP)

Dec. 5, 1902 - Born in Edgefield, S.C.

1923 - Graduates from Clemson University with Bachelor of Science degree

1923 - 1929 - McCormick, Ridge Spring and Edgefield, S.C. teacher and athletic coach.

Jan. 9, 1924 - Commissioned 2nd lieutenant, U.S. Army Reserve

1923 - 33 - Edgefield County, S.C. superintendent of education

1930 - Admitted to South Carolina bar after studying law under his father, Judge J. William Thurmond.


Former US Senator Strom Thurmond Dies at 100 - 2003-06-27

Republican Senator Strom Thurmond, the oldest U.S. senator ever and probably one of the most colorful, died on Thursday at the age of 100.

"The senate will come to order. The chaplain will now deliver the opening prayer," announced Strom Thurmond.

Until advancing age and declining health finally slowed him down, Strom Thurmond was there every morning, calling the Senate into session. He spent more than 48 years on Capitol Hill, which made him both the oldest and the longest-serving senator in American history. He ran for his last term in 1996, even as opinion polls suggested the voters wanted him to retire. In the end Mr. Thurmond won that race handily, keeping his place in the Senate Republican leadership.

Strom Thurmond was born in December 1902 in the small town of Edgefield, South Carolina. He began his political career as a Democrat in 1929, served in World War II and was elected state governor just afterward.

In 1948 he ran for president on a third-party [Dixiecrat] ticket with a platform of racial segregation. Years later he argued the issue was not race, but the rights of the states, which he felt were being abused by President Truman.

"Truman did a lot of good things," he said. "He dropped the [atomic] bomb [on Japan], which was good, some other things. But he wanted to bring the power to Washington. I wanted to keep it with the states and that is the reason I ran against him."

Mr. Thurmond also opposed many civil rights laws of the 1950s and 60s. To block one of those bills he took the Senate floor and talked for more than 24 hours. That record-setting speech, or filibuster, became part of his legend. The legend gained another chapter when, in his 60s, the senator married a 22-year-old former beauty queen. They later had four children.

Mr. Thurmond eventually moderated his stand on race, but otherwise kept his conservative views, especially on the need for a strong national defense. He switched to the Republican Party in 1964 because, as he put it, he thought the Democrats were leading the country toward socialism.

As he aged, Mr. Thurmond sometimes seemed confused or hard of hearing. But during President Clinton's impeachment trial, when younger senators let their minds wander or even dozed off, he sat attentively and took in every word. He led an active life until his last few years, setting milestones and still representing his state.